AccueilRSEComment faire baisser le montant de sa prime d’assurance ?
8 septembre 2022
Modifié le jeudi 08 septembre 2022 15:03
Questions fréquentes

Comment faire baisser le montant de sa prime d’assurance ?

min. de lecture (en moyenne)
Prime-assurance

Avec la reprise de l’économie post-Covid, les primes d’assurances repartent à la hausse. Mais comment faire baisser la note ?

Les Français s'en étonnent encore : après deux années de pandémie et de confinements successifs, leurs primes d’assurance ont sensiblement augmenté*. Ils sont pourtant restés cantonnés à leur domicile, les voitures ne sont pas sorties du garage et les magasins ont gardé porte close, réduisant de facto la sinistralité.

Pourtant, cette situation inédite n’a pas eu l’effet escompté sur le porte-monnaie des assurés. Les causes sont multiples : la hausse des matières premières et les difficultés d’approvisionnement en matériaux divers et pièces détachées font gonfler les indemnités. Les sinistres d’ordre climatique, désormais plus fréquents, ont aussi fortement entamé les réserves financières des compagnies d’assurance.

Malgré ce constat haussier, les assurés peuvent encore actionner certains leviers pour maintenir leur prime d’assurance à niveau, voire obtenir une baisse de leurs cotisations. Par exemple, les professionnels ont tout intérêt à sécuriser leurs locaux ou leur commerce, que ce soit avec des moyens physiques (grilles, rideaux métalliques, vitrines anti-effraction) ou de la vidéosurveillance.

Un système d’alarme équipé d’une caméra reliée à un central d’appel, avec intervention d’un agent de sécurité en cas de déclenchement, est un argument de poids pour « rassurer l’assureur » et faire baisser le coût d’une prime.

« Notre objectif est de proposer un contrat en adéquation avec les besoins de notre client, rappelle Gabriel Masi, agent Aréas dans le Vaucluse. Si le local ou l’habitation sont équipés de systèmes anti-effraction couplés à une alarme, l’assuré pourra obtenir une tarification préférentielle de sa police d’assurance. »

À noter que le montant de la franchise (part de l’assuré qu’il reste à payer en cas de sinistre) joue également sur le coût de l’assurance : la cotisation sera plus faible si la franchise est élevée et inversement. Tout est question d’appréciation de la part de l’assuré qui devra faire le bon choix au moment de la signature.

Le calcul d’une prime d’assurance obéit à certains barèmes bien connus : si le bâtiment se situe dans un quartier où la sinistralité est élevée, le montant de l’assurance épousera les mêmes contours. En revanche, dans un quartier tranquille, le risque sera moindre et l’assureur en tiendra compte. Enfin, un assureur affectionnera la multiplicité des contrats.

« Si notre client souscrit plusieurs contrats auprès de notre compagnie (multirisque professionnel, habitation et automobile par exemple), il sera en position de force pour négocier sa prime et obtenir un geste commercial », admet Gabriel Masi.

En tout état de cause, faire régulièrement le point avec son assureur pour adapter les garanties à la situation présente (inventaire et prise en compte de la vétusté des équipements à assurer, passer sa voiture vieillissante aux tiers) est souvent gage d’économies.

Besoin de sécuriser votre entreprise ? Securitas vous accompagne en procédant à l’analyse de vos risques professionnels pour élaborer la solution de sécurité la plus adaptée à vos besoins. N’hésitez pas à nous contacter.

* En matière de dommages et de responsabilité civile, le secteur de l’assurance a affiché en 2021 une croissance de + 3,8 % pour atteindre 62,4 milliards d’euros de cotisations. Source : France Assureurs, mars 2022.

À lire également

16 août 2022

Qu'est-ce que le roaming (dans la géosurveillance) ?

23 juin 2022

Analyser les risques pour s’en prémunir

31 mai 2022

Un employeur a-t-il le droit de surveiller ses collaborateurs ?