AccueilSûretéAnalyser les risques pour s’en prémunir
23 juin 2022
Modifié le jeudi 23 juin 2022 09:28
Questions fréquentes

Analyser les risques pour s’en prémunir

min. de lecture (en moyenne)
Analyse-des-risques

Securitas propose aux entreprises une méthodologie en quatre étapes permettant de construire une solution de sécurité adaptée, au mieux, aux différents risques identifiés sur un site.

L’analyse des risques est une absolue nécessité pour toute entreprise désirant se protéger d’événements non désirés, comme un incendie ou un vol. Il faut néanmoins être conscient que la notion de risque évolue avec le temps et qu’il est vivement recommandé de s’interroger régulièrement, à la fois sur la nature des risques auxquels un site est exposé, et sur la pertinence des moyens mis en place pour les mitiger.

« Les risques évoluent sans cesse, ceux d’il y a cinq ou dix ans ne sont plus les mêmes aujourd’hui. Ainsi, au milieu des années 2010, c’était le risque terroriste qui prédominait. Actuellement, c’est le risque sanitaire », confirme Alain Foucault, Client Excellence manager de Securitas France. L’idée est de balayer tous les risques, autant dans le domaine de la sûreté (vol, intrusion…), que de la sécurité (incendie, explosion…) ou de l’environnement (risque de pollution). Une fois l’analyse menée à bien, Securitas a mis en place une méthodologie permettant de construire une solution de sécurité, afin de palier au mieux les différents risques identifiés.

Une approche en quatre étapes

Première étape : prévenir. Cette première phase vise à s’interroger sur les moyens que l’on peut mettre en place en amont du risque, dans le but d’éviter qu’il ne se produise. En matière de sécurité incendie par exemple, il s’agit d'éviter le déclenchement d’un feu par une campagne de prévention. En matière de sûreté, on est dans la notion de dissuasion. L’entreprise peut réaliser un affichage autour du site à sécuriser, afin d’indiquer aux esprits mal intentionnés que celui-ci est placé sous surveillance.

Deuxième étape : détecter.  Quand la prévention n’a pas suffi, qu’une intrusion vient d’avoir lieu ou qu’un début d’incendie se produit, il faut être en mesure d’en avoir connaissance. On s’interroge là sur les moyens humains et électroniques à mettre en œuvre pour être alerté le plus tôt possible.

Troisième étape : retarder. Quand le risque s’est produit, on cherche les moyens, aussitôt, de retarder sa progression. Exemple : s’assurer que l’incendie ne se propage pas à l’ensemble des bâtiments, à l’aide de portes et murs coupe-feu. Autre exemple : si un cambrioleur a pénétré sur le site, l’empêcher d’avancer plus avant, à l’aide de protections mécaniques (blindages, barreaudage …).

Quatrième étape : intervenir. Si un risque est détecté et que l’on tente de le retarder, on peut en même temps décider d’agir. Par des moyens humains et techniques sur le lieu de l’intrusion, pour stopper la personne malveillante, ou sur le lieu de l’incendie, pour utiliser un extincteur ou déclencher un dispositif d’extinction automatique au-dessus des flammes.

« Traiter les risques, c’est passer par ces quatre étapes. En effet, si l’on détecte sans ensuite intervenir, cela ne sert à rien », pointe Alain Foucault, qui ajoute deux précisions. D’abord en amont, avant la phase de prévention, il convient de prévoir une phase de conseil. Autrement dit, avant même d’intervenir chez un client pour une mission de sécurisation, « il convient de pratiquer des audits de sûreté et de sécurité, et d’effectuer des exercices d’entraînement et de simulation », souligne-t-il.

En aval, par ailleurs, apparaît la notion d’élucidation, c’est-à-dire la question du comment apporter la preuve aux forces de l’ordre et aux assurances de ce qui s’est passé. On aborde là la question des données (les datas) et de leur traçabilité.
« Il faut s’interroger sur les informations dont on dispose et sur la manière dont celles-ci sont horodatées, collectées et enregistrées dans un système centralisé, avant qu’il ne soit trop tard. Cela suppose d’examiner la qualité des équipements de vidéosurveillance et de leur capacité à faire de la reconnaissance », précise Alain Foucault.
La méthodologie de Securitas sert à avoir à l’esprit l’ensemble des moyens disponibles pour minimiser les risques. Elle est partie intégrante des services qu’apporte Securitas dans une solution de sécurité.

À lire également

31 mai 2022

Un employeur a-t-il le droit de surveiller ses collaborateurs ?

3 mai 2022

Votre installation de sécurité est-elle obsolète ?

19 avril 2022

Qu’est-ce que l’obsolescence en sécurité électronique ?