AccueilSûretéLes femmes et la sécurité privée, une combinaison performante
2 juillet 2020
Modifié le jeudi 02 juillet 2020 18:03
Décryptage

Les femmes et la sécurité privée, une combinaison performante

min. de lecture (en moyenne)
Poste-de-securite

Historiquement réservé aux hommes, le secteur de la sécurité privée, et plus particulièrement le métier d’agent de sécurité, se féminise pourtant depuis quelques années. Une tendance confirmée par les chiffres, puisqu’on estime à environ 13,5% la part des femmes dans les effectifs de la sécurité privée en France*.  

C’est d’abord dans la sûreté aéroportuaire et dans l’événementiel, notamment pour la palpation des publics féminins, que les femmes ont pu pénétrer le marché de la sécurité privée. Elles ont dans un second temps investi les rangs de l’ensemble des corps de métier du secteur, y compris l’encadrement : chef d’équipe, responsable de site, ou encore directrice d’agence ou de région (voir l'interview de Clotilde Royer).

Un atout pour la profession

Si elles ont mis du temps à s’imposer dans ce secteur très masculin,
les femmes possèdent pourtant des atouts indéniables pour l’exercice des métiers de la sécurité privée.

La maîtrise de soi, la réactivité, l’écoute ou le respect des règles, qualités indispensables pour être agent de sécurité, sont aussi bien représentées par les hommes que par les femmes. Les femmes font parfois preuve de plus de diplomatie, ce qui est utile pour désamorcer des situations de conflits,

décrit Vanina, agent de sécurité incendie SSIAP1 Securitas à l’Opéra de Lyon.

De plus, le métier d’agent de sécurité est totalement à la portée d’une femme en bonne condition physique, je me sens aussi forte que mes collègues !

Seule femme dans une équipe d’hommes, elle n’a jamais eu de mal à se positionner vis-à-vis de ses homologues masculins :

Si on aborde sa mission avec sérieux et sans a priori, tout se passe bien des deux côtés, précise‑t‑elle. Le piège serait d’essayer de se masculiniser.

Ainsi, même si ce secteur souffre encore d’une réputation machiste et peine parfois à attirer des profils féminins, les entreprises de sécurité privée en sont de plus en plus demandeuses. En ce sens, elles mettent en place des politiques destinées à favoriser toujours plus l’intégration des femmes dans leurs rangs.

Securitas, entreprise citoyenne engagée pour l’intégration des femmes

Securitas a toujours défendu l’idée que la diversité enrichissait son activité. Le Groupe est signataire du Pacte mondial des Nations-Unies (United Nations Global Compact), et place parmi ses priorités l’augmentation du nombre de femmes occupant des postes d’encadrement à tous les niveaux de l’entreprise, et de façon générale leur intégration. D'ici à 2021, la part de femmes managers devrait être au moins la même que la part des femmes dans l'ensemble des effectifs. Le Comité de direction de Securitas France fait figure d’exemple car il est à ce jour à 40 % féminin.

Suite à l’accord sur l’égalité femmes/hommes signé dans l’entreprise le 20 avril 2018, Securitas France poursuit ses engagements sur cette question : examiner les candidatures de manière équitable, qu’elles soient masculines ou féminines ; appliquer le principe d’égalité salariale pour un emploi de même nature et proposer une politique de formation accessible à tous. Les actions menées touchent également à la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée, notamment en ce qui concerne le départ en congé maternité et/ou parental, et la phase de reprise d’activité.

Plus que jamais déterminée à exercer un impact positif sur la société, Securitas s’affirme comme une entreprise citoyenne qui agit en faveur de l’intégration des femmes dans le secteur de la sécurité privée, loin des clichés qui collent encore parfois à ce marché.

* Source : Enquête de branche Prévention - Sécurité́, Observatoire des Métiers de la prévention et de la sécurité privée, 2018.

INTERVIEW

Clotilde Royer, Directrice de région Surveillance Sud-Ouest Securitas France

Comment avez-vous débuté dans la sécurité privée ?

Diplômée d’une école de commerce, après une première expérience dans la vente de services aux entreprises, j’ai intégré Securitas en 1993 en tant que commerciale. La définition du poste et le challenge à relever m’ont séduite. Je travaillais sur toute la région du Sud-Ouest et proposais des services de sécurité à nos clients (surveillance, sécurité mobile, technologie, accueil et formation). Ce secteur d’activité que je ne connaissais pas m’a très vite passionné.

Vous avez rapidement gravi les échelons…

Forte d’une dizaine d’années d’activité dans le domaine du développement commercial sur la région et souhaitant évoluer vers des responsabilités opérationnelles et managériales, j’ai été promue directrice d’agence surveillance de Toulouse en 2005.

À la tête d’une équipe de 200 collaboratrices et collaborateurs, j’accomplissais les missions auxquelles j’aspirais : animer, piloter et faire évoluer mes équipes tout en délivrant à nos clients un service de qualité. Leur fidélisation faisait partie intégrante de mes plans d’actions, soutenus par notre excellence opérationnelle.

Possédant une véritable connaissance de notre Groupe et de nos métiers, l’opportunité d’occuper la fonction de directrice de région représentait une suite logique de mon évolution pour mettre à profit ma double expérience commerciale et opérationnelle au service des directeurs d’agence de mon périmètre.

En tant que femme, avez-vous au cours de votre carrière ressenti un traitement différent de la part de collègues masculins notamment ?

Lorsque j’ai intégré le groupe Securitas il y a donc un peu plus de
25 ans, il y avait très peu de femmes au sein de l’entreprise, et, d’une manière plus générale, dans le secteur de la sécurité privée. Pour autant, je n’ai jamais ressenti de jugement négatif ou de traitement différent à mon égard. Aujourd’hui, et sur l’activité opérationnelle notamment, je collabore avec des femmes responsables clients et responsables de site qui sont bien intégrées et ne souffrent d’aucune sorte de discrimination. Et Securitas, très impliquée sur le sujet, y veille.

Pourtant, on constate aujourd’hui que les femmes sont encore minoritaires dans le secteur de la sécurité privée.

Oui, c’est indéniable. Mais la profession évolue et s’ouvre de plus en plus aux femmes. Je pense qu’en lien avec une évolution des mentalités, de plus en plus de femmes sont attirées par le secteur et font face à moins de freins pour « oser » postuler. La personnalité joue aussi : il faut un peu plus s’imposer, savoir trouver sa place pour gagner une légitimité et la reconnaissance auprès de ses homologues masculins. Et même si notre activité est encore à forte connotation masculine, la diversité reste une richesse et les entreprises l’ont bien compris.

24%Objectif pour le groupe Securitas AB : En 2021, la proportion de femmes managers à tous les niveaux devrait être au moins identique à celle dans l’effectif total, qui était de 22% en 2019.

À lire également

17 novembre 2020

Sécurité dans les transports, en progrès mais peut mieux faire

12 novembre 2020

Le terrorisme, nouveau défi public-privé dans le domaine de la sécurité

10 novembre 2020

La violence dans notre société, une notion à relativiser