AccueilSûretéLe Groupement professionnel des métiers de la sécurité électronique (GPMSE) se réorganise
19 novembre 2021
Modifié le jeudi 18 novembre 2021 16:44
Actualités

Le Groupement professionnel des métiers de la sécurité électronique (GPMSE) se réorganise

min. de lecture (en moyenne)
Gpmse

Émanation de deux syndicats professionnels depuis les années 2000, le Groupement professionnel des métiers de la sécurité électronique (GPMSE) modifie sa gouvernance et son organisation. Entretien avec Patrick Lanzafame, son nouveau président.

Pouvez-vous rappeler les principales missions du GPMSE ?

Patrick Lanzafame : Le GPMSE a pour objectif de défendre les intérêts des entreprises de sécurité électronique (vidéosurveillance, contrôle d'accès, détection incendie, assistance aux personnes, protection du travailleur isolé, etc.). Nous préservons toute la chaîne de valeur de la sécurité, de l’installation des équipements électroniques à la télésurveillance, en passant par la maintenance.

Pourquoi le GPMSE a-t-il été réorganisé en juillet 2021 ?

P. L. : Il était devenu indispensable de changer les structures et de gagner en lisibilité et en simplicité. Le GPMSE est désormais organisé en trois pôles d'expertise (installation, télésurveillance, technologies numériques et innovations), auxquels s’ajoute la formation. De plus, le président du GPMSE devient l’interlocuteur unique du législateur et de l’État, ce qui facilite les échanges. La nouvelle gouvernance du GPMSE est ainsi placée sous le signe de la simplification et de la transparence.

Au-delà des nouveaux pôles d'expertise, la formation reste un enjeu fort pour le GPMSE et ses adhérents…

P.L. : La sécurité privée a longtemps été tournée vers la surveillance humaine. Aujourd’hui, la sécurité électronique prend de plus en plus de poids dans notre secteur d’activité et les missions de sécurité combinent à la fois surveillance humaine, moyens techniques et technologie. Certains métiers sont en tension (comme les agents de sécurité) et de nouveaux apparaissent (pilote de drones). Face à ce double constat et à un marché en mutation, nous avons décidé de créer une filière de formation « sécurité électronique » afin de développer ces nouveaux métiers et de valoriser l’apprentissage pour combler les besoins de ces professions en tension. Demain, nous aurons besoin de personnes formées sur des métiers tels que l'assistance aux personnes, au télécontrôle, au télépilotage de robots ou de drones, aux téléservices etc.

Quels sont les prochains enjeux du GPMSE ?

P. L. : Il s’agit en premier lieu d’accompagner les mutations technologiques qui s'accélèrent et influent de plus en plus les missions de sécurité. Nous allons assister à une globalisation de l’offre et avoir besoin de spécialistes en sécurité, d’ingénieurs et de techniciens ainsi que d’agents de sécurité qualifiés, capables d’avoir une vision globale, de penser des solutions de sécurité combinant moyens humains, techniques et technologiques en fonction du niveau de sécurité nécessaire aux besoins de chaque client. Notre assemblée générale qui se tiendra en présentiel les 4 et 5 novembre prochains, sera l’occasion de présenter plus en détail l’organisation du GPMSE et sa feuille de route.

3 pôles d’expertise

Les 3 pôles d’expertise du GPMSE sont :

  • Le pôle de télésurveillance, piloté par Dominique Vilmin (Critel),
  • Le pôle installation, piloté par Alain Béal (EPS)
  • Le pôle technologies numériques et innovations, piloté par Clément Vuibert (Procedo) et Laurent Zaffran (Securitas France). Ce pôle a pour objectif d’identifier des start-up innovantes dans les services et produits de sécurité électronique et de renforcer la collaboration avec les universités pour la recherche appliquée (notamment en matière d’intelligence artificielle et de cybersécurité).
Le GPMSE en chiffres

130 adhérents

16 200salariés issus des adhérents

300personnes formées par an

À lire également

24 novembre 2021

Vidéo de Luc Guilmin pour le Sommet de l'Inclusion Economique

23 novembre 2021

Vidéo : Securitas participe au Sommet de l'Inclusion Economique

26 octobre 2021

Reconnaissance faciale : ce que dit le Conseil de l’Europe