AccueilSûretéLes Français favorables à la vidéosurveillance
19 juillet 2022
Modifié le mercredi 27 juillet 2022 14:50
Actualités

Les Français favorables à la vidéosurveillance

min. de lecture (en moyenne)
Videosurv

D’après une étude OpinionWay pour la Fédération technique du commerce (Perifem) menée en janvier dernier, 77% des français interrogés trouvent un avantage à ce que des caméras soient installées notamment dans les commerces.

Souvent, les caméras de surveillance dans les espaces publics sont sujettes à controverse. Pourtant, quand on les interroge, les français les plébiscitent. Selon l’étude OpinionWay-Perifem : « Les français & la vidéosurveillance dans les commerces », réalisée en début d’année*, plus de trois français sur quatre (77%) sont favorables à la vidéosurveillance en général.

Ils le sont à une écrasante majorité (plus de 90%) s’agissant des gares et des aéroports, des parkings et des transports en commun, mais également (entre 80% et 90%) dans les stations-service, les centres commerciaux, les grandes surfaces alimentaires, les parcs d’attraction, les commerces de proximité, les services publics tels que les mairies et les hôpitaux, la rue et les magasins spécialisés.

Depuis bientôt 30 ans, les systèmes de vidéosurveillance se déploient dans les commerces dans un cadre légal à des fins de prévention des atteintes à la sécurité des personnes, des biens, et des actes de terrorisme. Or la démocratisation de ces systèmes et l’avènement des systèmes technologiques dits « intelligentes » permettent aujourd’hui de capter et d’utiliser ces images pour des champs d’application bien plus vastes, relève la Perifem.

La vidéosurveillance plébiscitée dans les magasins

Les personnes interrogées par OpinionWay estiment à plus de 80% que dans les magasins, la vidéosurveillance prend tout son sens. Elle contribue d’abord à améliorer la lutte contre le vol, les incivilités et les agressions, mais aussi à la sécurité des personnes y travaillant, ainsi que la lutte contre le terrorisme, la fraude et le trafic de drogue.

Les autres raisons pour lesquelles la vidéosurveillance en magasin emporte l’assentiment des français interrogées (entre 61% et 67%) sont le comptage des clients pour respecter la règlementation incendie et les jauges liées aux risques sanitaires et à la lutte contre la fraude.

Il convient néanmoins de noter que deux français sur trois (entre 62% et 68%) se disent mal informés sur les techniques de vidéosurveillance existantes, sur leurs droits en tant que citoyen, et sur les droits et devoirs du magasin. Du reste, parmi les 23% des personnes interrogées qui se déclarent défavorables à la vidéosurveillance, c’est essentiellement, disent-ils, parce qu’elle porte atteinte à la liberté ou à la démocratie, ainsi qu’à la vie privée, et parce qu’elle sert, d’après eux, à surveiller la population.

Toujours parmi les opposants, la moitié des personnes interrogées seraient prêtes à changer d’avis si les magasins garantissaient que les images captées par les caméras sont utilisées exclusivement par des agents de sécurité habilités, les forces de police ou la justice, que ces images ne sont pas conservées au-delà de trente jours, et que tout le monde ait un droit d’accès aux images a posteriori.

* Etude réalisée les 12 et 13 janvier 2022, auprès d'un échantillon de 1022 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus constitué selon la méthode des quotas

À lire également

28 septembre 2022

La sécurité privée serre les rangs pour mieux peser dans le débat public

30 août 2022

Les nouvelles mesures de la Loi santé au travail

23 août 2022

L’État encourage l’emploi « responsable » dans les entreprises de sécurité