AccueilSûreté« Nos campus sont ouverts aux idées et aux personnes »
6 décembre 2021
Modifié le lundi 06 décembre 2021 10:42
Interview

« Nos campus sont ouverts aux idées et aux personnes »

min. de lecture (en moyenne)
Edhec

L’EDHEC Business School modernise sa vidéosurveillance sur ses deux campus de Lille et Nice, avec le soutien opérationnel de Securitas. L’éclairage de Patrice Loche, directeur des systèmes d’information et des services généraux de l’école.

Pouvez-vous nous rappeler la vocation de l’EDHEC et ses enjeux sécuritaires ?

Patrice Loche : L’EDHEC Business School forme depuis plus d’un siècle des spécialistes en administration des affaires. Sa matière vivante est le business sous toutes ses formes, axé sur le leadership et l’esprit entrepreneurial. Elle est implantée à Roubaix, son site historique, où nous avons inauguré cet été le nouveau campus Jean Arnault accueillant EDHEC Entrepreneurs - le pôle est dédié à l’accompagnement des start-up - aux côtés de L’institut des vocations pour l’emploi (LIVE) -, l’école se déploie également sur 4 autres campus à Nice, Paris, Londres et Singapour.

L’EDHEC est une école internationale qui accueille de nombreux étudiants étrangers. Les étudiants Anglo-Saxons et Asiatiques ont un rapport à la sécurité assez fort. C’est pour eux un service indispensable qu’ils doivent trouver dans le cadre de leurs études et nous leur devons. Il concerne évidemment tout utilisateur de nos installations. Le campus de Nice, fort de ses 2 500 étudiants, a vécu les événements tragiques de l’été 2016 de façon prégnante puisque l’École est située sur la Promenade des Anglais. Face à une réalité anxiogène qui peut surgir dans notre quotidien, nous avons défini une politique de sécurité associant une technologie innovante et les hommes pour la mettre en œuvre.

Quelles sont les grandes lignes de cette politique de sécurité ?

P. L. : La gouvernance du projet couvre les deux campus en relation avec le directeur d’agence de Securitas. A l’issue d’un appel d’offres, nous avons choisi la solution technique proposée par Securitas et développée par la société Avigilon, qui nous a fait franchir un palier technologique en termes de vidéosurveillance. Des caméras à 360° ont été installées à Nice (183) et à Lille (250). Le traitement des données est très performant et on peut segmenter une image à 360° pour obtenir un angle de vue ciblé. Il est aussi possible de revenir sur des faits qui viennent de se produire, grâce à la gestion instantanée d’enregistrements multiples : localiser un objet ou retrouver un individu parmi une foule de deux cents personnes fait partie des fonctionnalités du système. Les flux d’informations sont concentrés et il est aisé de connecter les deux campus, voire d’offrir en temps réel des images à des opérateurs de sécurité externes. L’intelligence artificielle (IA) permet également de scénariser à l’avance des situations jugées anormales en termes de sécurité : attroupements, altercation et de les faire remonter au PC sécurité.

Comment contrôlez-vous l’accès aux bâtiments ?

P. L. : Nos campus sont ouverts aux idées et aux personnes, il n’y a donc pas de filtrage. En revanche, nous nous sommes attelés à rendre nos accès « étanches ». Avec Securitas, nous avons redéfini le contrôle et le périmètre d’accès à nos bâtiments pour mieux canaliser les allées et venues. Nous avons installé des portiques aux différentes entrées qui interagissent avec les badges du personnel et de nos étudiants. Les lieux ont également été sonorisés avec 189 haut-parleurs pour une diffusion efficace des messages. Les caméras sont reliées au PC sécurité de chaque site et dès la fermeture du campus de Nice, le PC sécurité de Lille, opérationnel 24h/7, prend le relais et reçoit les alarmes en cas d’intrusion. Une levée de doute vidéo pourra être ainsi lancée à 1 000 kilomètres de là en cas de nécessité.

Comment qualifieriez-vous votre relation avec Securitas ?

P. L. : Je rappelle que le système mis en place ne vise pas la surveillance des personnes mais doit assurer leur sécurité, en alertant pour leur porter assistance. Si la technologie déployée permet de d’améliorer la surveillance, les caméras ne remplaceront jamais les hommes. À ce jour, nous travaillons avec cinq agents de sécurité Securitas à Lille et trois à Nice. Ce sont des personnes compétentes et qualifiées, toutes agréées Service de sécurité incendie et d’assistance à personnes (SSIAP). Avec Securitas, la relation est fondée sur la qualité du travail attendu et fourni. La gestion des hommes au service de la sécurité est une mission complexe. Maintenir la vigilance en toutes circonstances, entretenir la motivation des personnels sur la durée et surtout trouver sa place sur le terrain, entre la réassurance et la dissuasion… Securitas connaît bien son métier et nous le démontre chaque jour sur nos campus.

À lire également

20 janvier 2022

Création de l’UFACS : « parler d’une seule voix »

11 janvier 2022

Haute surveillance au centre R&D d’Arkema

13 décembre 2021

« Les technologies de sécurité, une opportunité pour notre souveraineté industrielle. »