AccueilSûretéSCLE SFE fait confiance à Securitas
1 juin 2021
Modifié le mardi 01 juin 2021 16:21
Interview

SCLE SFE fait confiance à Securitas

min. de lecture (en moyenne)
Scle-sfe

La densification de l’environnement de son siège toulousain a conduit les responsables de l’entreprise SCLE SFE à en sécuriser l’accès, faisant notamment appel à Securitas. Les explications de Jean-François Revel, gérant de la société.

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

Jean-François Revel : SCLE SFE intervient sur deux secteurs majeurs de notre industrie : tout d’abord le transport et la distribution de l’électricité, pour lesquels nous réalisons l’automatisation des postes de transformation ; puis le ferroviaire, autour du contrôle commande numérique pour la signalisation du trafic. Nos principaux clients sont EDF, via ses filiales RTE, Enedis et EDF SEI dans les îles et leurs homologues européens à l’étranger. Et la SNCF pour le rail. Nous sommes implantés depuis l’origine à Toulouse, le siège historique de l’entreprise qui emploie 240 collaborateurs et à Marseille où travaillent une quarantaine de personnes. L’entreprise a fêté récemment un demi-siècle d’existence.

Comment vos problématiques sécuritaires ont-elles évolué au fil des années ?

J. F. R. : À Marseille, nous faisons appel à une société locale de sécurité qui assure la surveillance de l’immeuble où nous sommes installés, en milieu urbain. C’est une mission simple, sous la forme de rondes régulières. À Toulouse, la problématique est plus complexe, de par la taille de nos installations, la configuration des lieux et notre voisinage qui s’est densifié. Notre collaboration avec Securitas a commencé il y a quinze ans avec l’intervention d’une équipe d’agents de sécurité chargée de l’ouverture et de la fermeture du site. Cette équipe effectuait également des circuits de vérifications nocturnes.

Nous avons tout remis à plat en novembre 2020 car notre environnement avait changé. En dix ans, notre quartier situé au nord-est de Toulouse a connu un accroissement conséquent de sa population et un essor économique notable. Notre site s’apparente à un campus avec ses cinq bâtiments répartis sur 15 000 m2. On y trouve l’administratif, la R&D, la fabrication et le stockage, les laboratoires et la zone de recettes (où nous mettons nos équipements prêts à livrer sous tension). Une route traverse le site et bien que privée, elle était empruntée par des automobilistes qui s’en servaient de raccourci car les portails coulissants restaient ouverts toute la journée. L’autre priorité concernait la sécurité incendie. Nous maintenons nos systèmes sous tension 24h/24 et le risque d’incendie est sensible. Comment assurer la sécurité sur ces deux points névralgiques avec une solution clés en mains, tel était l’objet de l’appel d’offres que nous avons lancé en novembre dernier.

Quelles solutions avez-vous retenues ?

J. F. R. : Nous avons choisi Securitas sur des critères techniques et budgétaires. Les deux accès sont désormais sécurisés par des barrières mobiles. À l’arrière du site, accès emprunté principalement par des poids lourds, nous avons un portail qui reste actif selon une planification horaire, puis des barrières reliées à un visiophone.

L’entrée principale se situe à l’avant du site. Nous avons installé deux barrières « entrée » et « sortie », avec des services de contrôle d’accès. Nos collaborateurs et les prestataires autorisés utilisent un badge nominatif pour actionner les barrières. Le personnel peut aussi entrer à pied en passant par un tourniquet. Nous avons créé un poste de sécurité que Securitas a équipé avec un comptoir et tout l’ameublement intérieur. C’est là que se trouve le central de vidéosurveillance, avec des écrans reliés aux caméras installées sur nos deux accès. Un agent de sécurité travaille à temps plein dans ce poste de sécurité. Il est aussi amené à faire des circuits de vérification et des levées de doute. Son rôle est primordial. Déjà sur place, il peut intervenir immédiatement et alerter les pompiers en cas de départ de feu. En complément, un système de télésurveillance du site est relié au centre opérationnel de Securitas. Les dix minutes que nous gagnons par rapport aux anciennes procédures peuvent tout changer.

Enfin, un agent de sécurité mobile effectue des circuits de vérification en voiture la nuit et le week-end, sur l’ensemble du site qui est aujourd’hui surveillé 24h/24, 7j/7. Nous avons cinq agents de sécurité Securitas, plus deux en support en cas de nécessité.

Securitas répond-elle à la feuille de route que vous aviez fixée ?

J. F. R. : Oui, le site est désormais moins perméable. Nous sommes engagés dans une démarche d’amélioration continue et nous devons adapter les pratiques sécuritaires aux évolutions du site. L’enjeu majeur de la mission est d’entretenir la compétence et la vigilance des agents de sécurité qui accomplissent des tâches répétitives. Nous projetons d’ailleurs l’organisation d’exercices de simulation de sinistres pour mettre en évidence d’éventuels écueils et y pallier.

En quinze années de travail en commun, nous avons développé une relation de confiance avec les équipes commerciales et managériales de Securitas. L’envie d’avancer ensemble est partagée. Pour cela, nous organisons des points réguliers pour maintenir la qualité de suivi de notre collaboration et enrichir la prestation, en cas de besoin.

À lire également

16 septembre 2021

SERCEL choisit Securitas

30 août 2021

« Tout le monde doit faire un effort pour que la sécurité privée trouve sa place en France »

27 juillet 2021

Sécurité mobile chez Transpolis, une PME en évolution permanente