Vidéosurveillance / vidéoprotection : quelle différence ?

Les termes de vidéosurveillance et de vidéoprotection sont souvent confondus.

Dans les deux cas, ils désignent un système sécuritaire destiné à assurer la protection des personnes et des biens à l'aide de caméras.

Pourtant il existe une nuance de taille entre les deux :

La vidéosurveillance consiste à surveiller à distance des lieux publics ou privés, à l’aide de caméras qui transmettent les images saisies à un équipement de contrôle qui les enregistre ou les reproduit sur un écran. 
La vidéosurveillance est appelée vidéoprotection lorsqu’elle est du domaine public. 

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) est compétente pour contrôler, sur le territoire national, l’ensemble de ces dispositifs.

Le régime de la vidéoprotection est prévu par la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI) du 14 mars 2011 tandis que la vidéosurveillance dépend de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, dite « Informatique et Libertés ».

La vidéoprotection est soumise à une règlementation très stricte d'autorisations préalables, de responsabilité, de suivi et de contrôles tandis que la vidéosurveillance peut être déployée après une simple déclaration à la CNIL.

Source : Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL)