La profession de la sécurité privée est-elle devenue mature ?

A l'occasion du salon AccesSecurity, à Marseille, du 14 au 16 avril 2015, plusieurs acteurs majeurs de la sécurité privée et du ministère de l’Intérieur étaient invités à participer à un débat sur le niveau de maturité de la profession.

Etaient présents Thierry Delville, délégué ministériel aux industries de la sécurité, Patrick Levaye, délégué ministériel adjoint aux coopérations de sécurité, Alain Juillet, président du Club des directeurs de sécurité, Patrick de La Guéronnière, président de l'Agora des directeurs de la sécurité, et Michel Mathieu, président de Securitas France.

De l'avis de l'ensemble des intervenants, la profession a connu une indéniable évolution positive malgré la crise qui a touché ce secteur de 2009 à 2013. Aujourd’hui, c’est un secteur dynamique qui s’est moralisé et professionnalisé.

Au-delà des chiffres, les personnalités présentes ont fait remarquer qu'aucune autre profession ne s’était jamais imposée une taxe pour se contrôler. Un signe évident de maturité selon elles.

L’arrivée du Cnaps, au-delà des contrôles, a fait également « un travail pédagogique et beaucoup d’entreprises se sont mises en conformité pour ne pas se faire rattraper », a expliqué Patrick Levaye.

Alain Juillet a également soutenu l'idée d'une filière mature. Selon lui, la France devient de plus en plus performante en termes de coproduction de sécurité entre l’Etat et les entreprises de sécurité privée. Il ajoute que tous les citoyens sont concernés par la sécurité, à la fois tous responsables et tous solidaires.

« Nous sommes face à une réalité qu’il ne faut pas nier. La sécurité est très demandée par les citoyens et nous devons trouver l’équilibre avec la liberté également demandée par les citoyens », a-t-il conclut.

Les intervenants ont souhaité voir le secteur continuer à progresser. La formation sera au cœur des attentions pour les années à venir.

Source : Securitas France.