Un nouveau plan Vigipirate

Nouveau plan Vigipirate 2016

Le nouveau plan Vigipirate est entré en vigueur le 1er décembre 2016. Le dispositif se veut plus adapté à l’évolution des menaces et institue notamment un troisième niveau d'alerte.

Ce troisième niveau, « urgence attentat » ou « alerte attentat », est momentané et sert à imposer, pendant un court laps de temps, une série de mesures de contrainte exceptionnelles.

Vigipirate s’articule désormais de la manière suivante :

  • niveau de « vigilance » : posture permanente de sécurité impliquant la mise en place d’un socle de cent mesures ;
  • niveau de « sécurité renforcée » : menace terroriste élevée ou très élevée. Il permet d’activer 216 mesures additionnelles allant de la prévention (port de badges ou vérification des pièces d’identité) à l’organisation de patrouilles, d’opérations de filtrage et de fouilles ;
  • niveau « urgence attentat » : activé durant le temps de la gestion de crise, en réponse à un attentat ou face à la menace immédiate d’une action terroriste. Il comprend des mesures d’exception comme la fermeture des routes, du métro ou l’arrêt des déplacements scolaires.

Parallèlement, le dispositif Vigipirate prévoit trois cents mesures s’appliquant à 13 grands domaines d’action :

  • alerte et mobilisation ;
  • protection des rassemblements de masse ;
  • protection des installations et bâtiments ;
  • protection des installations et matières dangereuses ;
  • cybersécurité ;
  • protection du secteur aérien ;
  • protection du secteur maritime ;
  • protection des transports terrestres ;
  • protection du secteur de la santé ;
  • protection de la chaîne alimentaire ;
  • protection des réseaux (communications, eau, électricité, hydrocarbures, gaz) ;
  • contrôle des frontières ;
  • protection des ressortissants et les intérêts français à l’étranger.

« Face à un risque terroriste « toujours élevé et pour consolider davantage  Vigipirate, la réécriture du plan était nécessaire », a expliqué Louis Gautier, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale.

La précédente réforme du plan Vigipirate remontait à février 2014.

Source : lemonde.fr - AEF Sécurité globale dépêche n° 550686 du 02/12/2016