Menace terroriste en France : quel constat selon Europol ?

Selon l’agence de coopération policière Europol, les attaques terroristes ont été plus nombreuses en 2017, mais moins sophistiquées.

Le centre de lutte contre le terrorisme d’Europol a présenté aux députés européens son rapport sur la situation du terrorisme en 2017.

« Nous avons constaté une hausse de 45 % du nombre d’attentats en 2017 par rapport à l’année précédente, avec 205 attaques planifiées, avortées ou réalisées », a déclaré Manuel Navarrete, chef du centre de lutte contre le terrorisme d’Europol, mercredi 20 juin 2018 devant le Parlement européen.

Les attaques terroristes ont été plus nombreuses en 2017, mais ont fait moins de victimes que l’année précédente. 68 citoyens européens ont ainsi perdu la vie durant une attaque terroriste, contre 142 en 2016.

Surtout, Europol observe que les attaques djihadistes sont moins sophistiquées qu’auparavant. Il n’y a plus de préparation particulière et les attaques visent des symboles d’autorité ou le style de vie à l’occidentale.

Ce constat est partagé par la plupart des spécialistes. N’étant plus en mesure d’organiser des attaques complexes, l’État islamique pousse désormais ses partisans à des attentats improvisés et autonomes, basés sur des modes opératoires facilement accessibles (attaque aux véhicules, à l’arme blanche, etc.).

Les attaques récentes en France, à la gare Saint-Charles de Marseille en octobre 2017, et à Trèbes en mars 2018, confirment cette tendance et montrent qu’une vigilance de chaque instant est nécessaire.

Rendez-vous sur le site d’Europol pour lire l’intégralité du rapport sur le terrorisme 2017 (en anglais).

Source : Europol.europa.eu