Mission sur le continuum de la sécurité : que dit le Cercle de la sécurité privée ?

Dans le cadre de la mission parlementaire sur la coproduction sécuritaire public-privé, le Cercle de la sécurité privée (CSP) dresse une liste de dix propositions destinées à faciliter le transfert des tâches assurées par la force publique.

Depuis les attentats de 2015, la création du Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps) et l’Euro 2016, la coopération se développe progressivement entre sécurité privée et force publique.

En février 2018, le gouvernement a nommé une mission parlementaire chargée de réfléchir au renforcement de la coopération entre les acteurs publics et privés de la sécurité. Sa mission : redéfinir la répartition des tâches entre les forces nationales, les polices municipales et le secteur privé, et pour la première fois, de définir une doctrine d’emploi de la sécurité privée en France.

Auditionné par la mission parlementaire, le Cercle de la sécurité privée (CSP) a développé une liste de propositions destinées à effectuer dans de bonnes conditions le transfert des tâches :

  1. instaurer une normalisation dans le domaine de la sûreté permettant d’affecter un niveau de risque pour chacun des sites nécessitant une prestation de sécurité privée ;
  2. instaurer un référentiel de compétences des entreprises de sécurité privée les autorisant à travailler sur tel ou tel niveau de risque ;
  3. instaurer un référentiel de compétences des personnels de la sécurité privée en fonction des risques des sites sur lesquels ils sont affectés ;
  4. identifier, pour les sites de risque 4 à 8, un responsable sûreté, représentant du donneur d’ordre, dûment qualifié ;
  5. renforcer la protection et les droits des agents de sécurité ;
  6. réintégrer les agents de sécurité incendie dans le Code de la sécurité intérieure ;
  7. renforcer le rôle du Cnaps ;
  8. ouvrir dans certaines conditions des missions appelant la sécurité privée à être présente dans l’espace public ;
  9. externaliser certaines missions assurées aujourd’hui par la force publique ;
  10. mettre en place un réseau territorial de la sécurité privée, une plateforme d’échange commune public-privé et de partage de moyens.

« La mise en œuvre d’une normalisation dans le domaine de la sûreté, la mise en place d’une certification des entreprises de sécurité privée et la création d’un référentiel de compétences pour les personnels du secteur de la sécurité privée sont pour nous des actions prioritaires à mettre en œuvre pour construire la nouvelle doctrine d’emploi de la sécurité privée en France », a exposé le CSP en présentant ses propositions.

Chaque proposition a été détaillée et argumentée dans un document mis en ligne sur le site Internet du CSP.

Source : Cercle de la sécurité privée (CSP)