Pourquoi la sécurité privée rejoint-elle l’OpCo des services ?

La branche des entreprises de prévention et de sécurité est désormais rattachée à l’OpCo
La branche des entreprises de prévention et de sécurité est désormais rattachée à l’OpCo des services.

Le rattachement, en avril 2019, de la branche des entreprises de prévention et de sécurité à l’Opérateur des compétences (OpCo) des services est perçu comme « positif » et représentant une « opportunité » par la profession.

La branche des entreprises de prévention et de sécurité est désormais rattachée à l’OpCo « des entreprises et des salariés des services à haute intensité de main-d’œuvre ».

Chargée de collecter les fonds de la formation professionnelle, la structure a obtenu son agrément du ministère du Travail et tenu son assemblée générale constitutive, lundi 1er avril 2019.

Outre la sécurité privée, cet opérateur regroupe notamment les branches professionnelles des entreprises de propreté et services associés, des commerces de gros, du travail temporaire, de l’hôtellerie-restauration ou de la propreté.

L’accord constitutif de l’OpCo insiste sur le fait que ces métiers « ont en commun la place de l’humain dans leurs prestations, qu’elles soient destinées aux entreprises, aux particuliers ou aux collectivités ». Ils sont « fondés sur la valeur ajoutée humaine et dont le relationnel est un facteur clé de la qualité des prestations proposées » et se trouvent « confrontés à des mutations et des enjeux de transformation communs parmi lesquels la transition numérique, la transformation, l’évolution des usages et des attentes et de la relation client ».

« Il est préférable d’être dans un Opco qui regroupe des secteurs comptant des entreprises elles-mêmes prestataires, avec des conditions d’emploi similaires, et qui, dans plusieurs cas, ont trouvé des dispositifs de gestion de carrière et de valorisation des compétences, estime Cédric Paulin, délégué général du Syndicat national des entreprises de sécurité privée (Snes). C'est un outil opportun pour la montée en compétences qui est demandée pour la sécurité privée. »

L'Union des entreprises de sécurité privée (USP) se félicite également de cet accord et souligne que « tous ces débats autour de la réforme de la formation contribuent à faire prendre conscience aux donneurs d’ordre qu’il y a un vrai sujet et qu’il faut peut-être que l’on travaille à la fois sur la formation d’un côté et les prix de l’autre ».

La transformation des OPCA (organismes paritaires collecteurs agréés) en OpCo (opérateurs de compétences) avait été introduite par la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ».

Source : AEF-infos, dépêche n°604468 du 09/04/2019